WIP, LITTÉRATURE SANS FILTRE

Publié le par Olivia

WIP, LITTÉRATURE SANS FILTRE
Auteurs : Collectif
Editeur : Karthala
Date de publication : 20/06/2017
Nombre de pages : 192
ISBN : 9-782811-11847-1
Collection : Utopia
Genre : Langues et littératures

 

Résumé :

Wip, Littérature sans filtre, ça se lit d'un trait, ça se picore aussi, texte par texte.
Dix-neuf auteurs à apprivoiser et leurs mots en partage. C'est la nouvelle revue de création littéraire à retrouver deux fois par an.

Une bouffée d'air à ne pas rater.

 

Description complète : 

WIP pour Work In Progress. Quatre auteurs lisent leurs travaux en cours face à un public. Depuis décembre 2013, ce sont des soirées littéraires et maintenant, une revue...

Il n’y a que peu de moments comme celui-là. Lire un texte à haute voix, devant un public le plus souvent inconnu, dans un lieu qu’on découvre ou qu’on apprécie. Des mots que l’on a écrits selon un rituel propre, pour une fin souvent inavouée. C’est la question qu’il ne faut jamais poser à un auteur : est-ce autobiographique ? Bien sûr que ça l’est.

Ces mots viennent du plus profond d’entre nous. Exposer son rapport au monde sans réellement pouvoir se cacher derrière un écran, des pages. Ses propres mots. Écrire, c’est sans doute l’expression d’un masochisme. D’une forme de narcissisme. Car il y a ces textes dont on se souvient tous. La stature d’écrivain. Mais qui sait le nombre de fois où ces phrases ont été tournées, ces mots rebattus, d’où a germé l’idée ? Combien de brouillons froissés, abandonnées ? Combien de vagues d’exaltation, quelque part entre l’enfer de la page blanche et la brutale libération des mots ? Je tiens quelque chose. Le fil d’une histoire que je ne lâcherai plus… Et puis un jour, il y a ce texte. Comment couper le cordon, savoir s’arrêter ? Un manuscrit a une existence propre. De l’excitation d’écrire à l’appréhension d’être lu. Hors sol. Le grand saut. Car quelle que soit l’expérience, le niveau de reconnaissance, in fine, il n’y a plus que les mots et le lecteur. Et le lien qui se crée ou non entre les deux.

Sonia Rolley pour l’équipe du WIP

Sommaire :

Gabrielle Deydier

Les petites grosses se cachent pour mourir


Silvain Gire

Si quelqu’un ici a aimé Odile T

 

Marc Ball

Lui traîne en terrasse

 

Naïri Nahapetian

Un agent nommé Parviz

 

Sabrina Kassa

Lila box

 

Johann Zarca

Le ninja de Paname

 

Emmanuelle Favier

Le courage des rivières

 

Anthony Poiraudeau

Winnipeg-Churchill

 

Léonard Vincent

Conversations avec les hommes du ministère

 

Thomas Ferrand

Poèmes

 

Bilguissa Diallo,

Plan de carrière

 

Caroline Paré

Insoutenable

 

Ilana Navaro

Il paraît que

 

Marina Tomé

La lune en plein jour

 

Velina Minkoff

Rapport de l’amibe verte sur le crayon bicolore

 

Ingrid Thobois

Le plancher de Jeannot

 

Damien Dutrait

Cendres

 

Marie Vindy

Chiennes

 

Fatima Aït Bounoua

Les sauvages

Mon Avis :

Revue n°1 de juin 2017. 

Au début, on découvre avec plaisir Pitch me, ce bar-restaurant parisien à l'ambiance africaine où lors de soirées littéraires, les lecteurs peuvent écouter et aller à la rencontre de quatre auteurs et de leurs textes en buvant un verre et en dégustant des plats typiques. Les lecteurs-auditeurs échangent ainsi avec les écrivains en donnant leurs sentiments et leurs appréciations. Les textes qui seront publiés dans la revue Wip, littérature sans filtre, devront tous avoir été lus au Work in Progress, le café littéraire de Pitch me. C'est une rencontre entre le lecteur, l'écrivain et son travail. 

De plus, on peut lire un très bel article avec photographies concernant le centre culturel Kulturfabrik situé au Luxembourg, "un centre culturel pluridisciplinaire, une résidence d'artistes, un porteur de projets comme le Word In Progress, le petit frère luxembourgeois du Work In Progress" comme le disent si bien les rédacteurs de la présente revue. 

Dans ce premier numéro, on peut y découvrir des nouvelles et des poésies en texte intégrale, les premières pages de romans et un extrait, les premières pages d'une non fiction, une pièce de théâtre en texte intégral, d'auteurs publiés ou non.

Après chaque article, on peut lire une partie intitulée à propos de l'écriture et quelques mots sur la biographie de l'auteur, ce qui est très appréciable.

Aussi, dans cet ouvrage on peut y trouver, entre autres, la liste du Comité éditorial et une page pour s'abonner.

Ainsi, j'ai très apprécié que cette revue soit si bien agencée et organisée et que les articles soient aussi variés. J'ai ressentis une grande joie en découvrant une pièce de théâtre et des poèmes. Tous ces extraits nous donnent l'eau à la bouche, c'est comme après avoir dégusté une part de gâteau on veut ensuite dévorer la suite.  A découvrir absolument !

Mon dernier mot sera cet extrait, page 148, Marina Tomé pour sa pièce de théâtre : 

La Lune en plein jour 

A propos de l'écriture  "libre et utile"

Au Pitch Me j'avais apporté deux courts textes. Perchée sur mon tabouret haut, les mains tremblantes et la voix blanche, j'ai lu. Et puis les retours chaleureux, les questions pertinentes et le dialogue qui s'installe simple, vrai, sans détour... Et alors cette sensation vitale, au fond de moi, d'être sur ma route. Cette sensation vitale d'être face au onde, avec le monde, libre et utile. Libre et utile. Et l'immense joie qui en découle. Sur scène, je parle désormais en JE. Mais j'ai plaisir à ce que ce texte soit édité dans sa première version, en ELLE. De toute façon ELLE c'est moi, en mieux.

Marina Tomé

Comédienne au cinéma et au théâtre, Marina Tomé interprète ses propres textes et collabore aux projets des autres. Elle signe également des mises en scène.

Publié dans BABELIO, Editions KHARTALA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article