FILLE DU PERE ET MERE DE LA FILLE

Publié le par Olivia

FILLE DU PERE ET MERE DE LA FILLE
Auteure : Sanda Budis
Editeur : L'Âge d'Homme
Date de parution : 30/04/2017
Nombre de pages : 352
ISBN : 978-2-8251-4676-7
Collection : Contemporains
Genre : Autobiographie

 

Présentation :

Sanda Budis, architecte téméraire et engagée de 91 ans, a partagé sa vie entre la Roumanie (1926 à 1972) et la Suisse (depuis 1973). 


À un âge ou d'autres jettent l'éponge, elle écrit ses mémoires pour témoigner comment un être ordinaire vit et survit à l'Histoire – l'installation du Communisme, la chute du Mur de Berlin, la démocratisation – en essayant, à sa manière, de l'influencer. 


À travers le portrait de sa famille et de sa relation avec sa fille Sandra, elle retrace son parcours tumultueux et foisonnant à la conquête de la liberté.

Mon Avis :

La première chose qui m'a frappée c'est la couverture, je trouve qu'elle est très parlante, j'y vois les mots OPTIMISME, COMBAT et LIBERTE comme si l'héroïne, espiègle et intrépide disait : "je ne baisserai jamais les bras, je vis, je lutte et je suis libre !"
 
Cet ouvrage est illustré de différents documents et photographies imprimés sur du papier glacé et on peut y découvrir aussi l'arbre généalogique de Sanda Budis et deux cartes de la Roumanie. 
 
De plus, une partie des droits d'auteurs sera utilisée pour des bourses accordées aux jeunes roumains.
 
En parcourant les pages, je me suis rendue compte que j'avais aussi pris connaissance de certains événements à la télévision comme l'arrestation et l'annonce de l'exécution du couple Ceausescu en 1989, je m'en souviens encore et du 11 septembre 2001...
 
Sanda Budis est très fière de ses origines et de sa fille Sandra. Elle affectionne son pays et cela se ressent très nettement dans son livre.
 
Ainsi, elle écrit son autobiographie pour que l'histoire de la Roumanie ne s'efface pas, pour que l'on n'oublie pas et pour qu'à travers son vécu face au communisme et ses années d'exil en Suisse, elle puisse insuffler du courage à la génération roumaine de nos jours. 
 
Ce livre est d'une grande richesse et s'adresse, selon moi, directement aux roumains afin qu'ils retrouvent la confiance et l'amour envers leur pays. C'est une bataille qu'elle conduit encore aujourd'hui.
 
Sanda est donc une femme remarquable, intelligente, courageuse, gardant la foi en toutes circonstances, drôle et en écrivant ses mémoires, elle donne une admirable leçon de vie et un puissant témoignage ! Et comme l'a écrit Mihai Eminescu, l'un de ses poètes préférés : 

"Le temps c'est la mort, l'espace c'est la lutte, le mouvement c'est la souffrance"     "Pour connaître la vérité il faut se tourner vers le passé"
 

Mon dernier mot sera ces citations :

- Du fond de la voiture, enfouie entre les cabas de mes beaux-parents, je n'ai pu apercevoir que les parois érodées de la montagne argentée. Je n'ai plus eu l'occasion de revoir ces merveilles. Quel dommage ! Je reste avec ce regret.

- J'ai une grande chance, celle de me réjouir du bonheur des autres ! J'en profite comme si je le vivais moi-même. C'est une chance extraordinaire. C'est comme si je volais à la vie des moments de grâce non mérités. En général, le bonheur se paie ! Dans ce cas, c'est gratuit !

- Ainsi, les communistes ont retiré un double avantage : une expérience scientifique à la limite de l'endurance de l'être humain, essayant de "parfaire" brûlant les étapes pour arriver à l'Homo soviéticus et, en même temps, un début d'extermination physique et psychique des opposants indésirables.

Quelques mots sur l'auteure :

Sanda Budis est architecte et passionnée de politique. C'est à l'âge de 82 ans qu'elle commence à écrire son autobiographie dans sa langue maternelle. A 88 ans, elle traduit son livre pour les lecteurs francophones. Son ouvrage a remporté un franc succès en Roumanie.

Publié dans BABELIO

Commenter cet article