GILGAMESH - La quête de l'immortalité

Publié le par Olivia

GILGAMESH - La quête de l'immortalité
Auteur : Stephen Mitchell
Traducteur : Aurélien Clause
Editeur : Synchronique Editions
Date de parution : 01/09/2013
Nombre de pages : 248
ISBN : 978-2-917738-18-4
Collection : Grands Textes

 

Résumé :

L'Epopée de Gilgamesh est la première grande oeuvre littéraire de l'humanité et en demeure l'une des plus importantes. Elle est au coeur des mythes fondateurs de la pensée occidentale et offre notamment les tout premiers récits du Déluge et de la quête de l'immortalité. Elle a marqué aussi bien la Bible que les fresques homériques, qu'elle précède de plus de 1000 ans. Gilgamesh est l'histoire du premier héros de la littérature, le roi d'Uruk, un tyran indomptable, et de son périple tumultueux qui le conduira à l'acceptation sereine de son destin de mortel. En donnant voix et force à la souffrance et à la peur de la mort, en décrivant l'amour, la vulnérabilité et la quête de la sagesse, ce récit mythique touche le coeur de chacun d'entre nous et notre plus profonde humanité. Sous forme d'un ample poème qui se lit comme un roman d'aventures, Stephen Mitchell restitue le souffle épique et la profondeur philosophique de cette épopée dans une langue à la fois fraîche, moderne et puissante.

Mon Avis :

Tout d'abord, Gilgamesh, dans les textes sumériens anciens, est un Roi-héros de la Mésopotamie antique, le cinquième Roi de la cité d'Uruk où il aurait régné vers 2750 avant J.-C. mais pour certains vers 2650 avant J-C. Il est le fils de Lugalbanda et de la déesse Ninsun. Shamash ou Utu en sumérien, le Dieu du soleil et de la justice, patron des voyageurs et des devins était le protecteur particulier de Gilgamesh. Il va combattre contre des monstres. L'épopée de Gilgamesh, mille ans avant l'ancien testament, parle du premier récit du Déluge et donne un avant goût des futurs héros grecs comme Hercule, Achille...

Gilgamesh est comparé à l'étalon qui plante sa semence dans les vierges d'Uruk. Il est aussi qualifié de tyran mais aussi de quelqu'un de magnifique. Ce roi veut que sa renommée soit éternelle. Il est terrifié par la mort, il se pose beaucoup de questions sur le sujet et recherche l'immortalité :

"Dois-je mourir aussi ? Dois-je suivre Enkidu ?
Comment combler le gouffre ouvert dans ma poitrine ?
Cette peur de la mort qui me pousse à marcher ?
Si je trouvais celui qui devint immortel,
Je lui demanderais comment vaincre la mort."
 

Le côté héroïque et philosophique est bien retranscrit. Ce récit précède la Bible et l'Iliade de Mille ans. Cet ouvrage se lit facilement, c'est très agréable. Le récit est retranscrit de façon poétique :

Mais c'est avec chagrin que sa mère l'écoute,
Et c'est avec chagrin qu'elle va s'isoler
Dans ses appartements. Elle enlève ses voiles,
Pénètre dans un bain de fleurs de tamaris
Et savonne sa peau avec des saponaires.
Ensuite, elle se vêt de sa plus belle robe,
Se pare d'un collier d'étincelants joyaux,
Se coiffe d'un diadème et monte jusqu'au toit
Où elle fait brûler de l'encens en l'honneur
De Shamash...
 
Ce qui m'a tout de suite attirée dans cet ouvrage c'est l'amour de la poésie et mon intérêt pour la mythologie. Cette version de Gilgamesh se lit comme un roman épique. Les passages consacrés à l'amour, au sexe et à l'érotisme sont plein de sensualité, comme parfumés.
 
Cette version est très facile à lire, à comprendre et est beaucoup plus belle grâce à la traduction sous forme de poèmes. J'ai été séduite par la plume poétique et intense de l'auteur, Stephen Mitchell, et ce livre est à relire rien que pour la beauté de la poésie.

Mon dernier mot sera cette citation :

- Gilgamesh est le récit du voyage d'un héros ; on pourrait dire qu'il est le père de tous les voyages héroïques, avec ses figures mythiques et démesurées qui se meuvent sur fond de paysage onirique. C'est également le récit du processus par lequel un homme devient civilisé, apprend à se gouverner lui-même, à gouverner ainsi ses sujets, et à agir avec tempérance, sagesse et piété. Le poème s'ouvre sur la ville et se clôt avec elle.

Quelques mots sur l'auteur :

Stephen Mitchell est né en 1943 dans la ville de Brooklyn à New-York. Il a reçu deux fois le Harold Morton Landon Translation Award de l´Academy of American Poets.

Commenter cet article