Apocalypse Arménie

Publié le par Olivia

Apocalypse Arménie
Auteure : Aurora Mardiganian
Editeur : Librinova
Traducteur et éditeur partenaireThomas Dilan
Date de parution : 20/04/2017
Nombre de pages : 259
ISBN : 979-10-262-1013-9
Collection : Littérature étrangère
Genre : Témoignage/Histoire

 

Présentation : 

INÉDIT en France, Apocalypse Arménie relate l’incroyable histoire d’Aurora Mardiganian, jeune Arménienne âgée de 14 ans, dans le chaos qui s’empara  de l’Empire ottoman en 1915. Au prix de quatre évasions héroïques, Aurora parvint à s’échapper des colonnes de la mort : une fois en se jetant du haut d’une falaise dans l’Euphrate, une autre en poignardant un soldat qui l’agressait… Dans un empire en guerre livré au chaos et où les femmes étaient la cible de toutes les exactions, la jeune Aurora réussit à survivre près de deux ans. Puis, missionnée par le général Andranik, elle rejoignit New York pour dépêcher les secours et lever des fonds. Aurora a ainsi été surnommée la Jeanne d’Arc de l’Arménie. 


Aurora Mardiganian, c’est à la fois « l’innocence d’Anne Frank et le réalisme de Primo Levi », portés par une force épique hors du commun. Aurora Mardiganian compte parmi les grands témoins de l’histoire de l’humanité et Apocalypse Arménie appartient à l’inconscient collectif mondial. Il manquait au génocide des Arméniens son récit emblématique et universel en français. Alors que la République d’Arménie a choisi de faire d’Aurora l’égérie de l’Aurora Prize for Awakening Humanity, il était temps que son témoignage, best-seller international, paraisse en France.

Mon Avis :

La jeune chrétienne arménienne Aurora rend un témoignage véridique, poignant et héroïque des massacres que les Arméniens ont subi en 1915. Elle fait preuve de courage pendant ces atrocités et en devient un témoin de plus dans l'histoire de l'humanité.

A la publication de son livre renfermant son histoire et celles des autres arméniens, elle dédira à Dieu des remerciements pour sa délivrance lors d'une dédicace faite à New-York en 1918. Elle gardera sa foi jusqu'au bout envers le Christ malgré toutes les horreurs qu'elle a vues et subies des mains des turcs. 

Je précise que cet ouvrage comprend des scènes pouvant heurter la sensibilité des lecteurs. L'authenticité de ce témoignage a été vérifiée par plusieurs sources précisées au début du livre. 

Au début, Hussein Pacha, comme tous les gouverneurs de province, fait libérer les criminels de prison pour venir renforcer les rangs des gendarmes dits zaptiés, et les arme chacun d'un fusil, d'une baïonnette et d'un grand poignard pour accomplir leur sale besogne. A la place, les prêtres, les professeurs des écoles chrétiennes et d'autres hommes y seront enfermés avant d'être massacrés.

Les souffrances endurées par les Arméniens ont été effroyables : Massacres, de nombreuses familles amenées dans le désert, des filles vendues à des harems turcs, les viols en grand nombre et très souvent jusqu'à la mort, les enfants succombant à la faim, l'esclavage, des victimes brûlées vives dans des églises, des enlèvements, coups de fouet, décapitations, tortures, les convois de réfugiés affamés à l'agonie, conversions de force, villages détruits... 

Des cadavres de petits arméniens seront mélangés au ciment et incorporés aux murs de la nouvelle maison du Pacha pour combler les trous entre les pierres. Un jeu concours dont le but sera d'attraper les filles au galop et de les balancer sur les pointes des épées plantées dans le sol. Les viols seront plus qu'une arme de guerre, ce seront des récompenses dont ils ne se priveront pas. 

Puis, l'armée russe s'emparera d'Erzeroum en février 1916. Le général Andranik aidera Aurora et le Grand-Duc organisera son voyage vers l'Amérique afin de témoigner de l'ensanglantement de l'Arménie et de demander une aide financière ainsi que des denrées pour que les arméniens puissent retourner chez eux une fois la guerre terminée. Aurora âgée d'à peine 17 ans arrivera en Amérique fin 1917 début 1918. Un livre et un film verront le jour mais des pressions feront cesser la diffusion du film.

En fin d'ouvrage, on trouve une carte du périple d'Aurora de 1915 à 1917, la bibliographie des témoignages de rescapés du génocide et une postface très intéressante réservée aux facteurs de la haine et des actualités de 2017 faisant suite au combat d'Aurora.

Certains passages sont difficiles à lire, j'ai été révoltée et retournée, ces exactions sont bouleversantes et très choquantes et marquent bien la terreur et la folie des Zaptiés. Aurora verra même plusieurs membres de sa famille assassinés sous ses yeux. Ce témoignage puissant continuera d'honorer la mémoire d'Aurora et de toutes les victimes de cet apocalypse en Arménie. 

Mon dernier mot sera ces citations :

- Je m'accrochai à ma mère et à Loussine, avec mes deux soeurs cadettes également accrochées à ma jupe, tandis que du haut des escaliers, nous écoutions mon père et le gouverneur parler. Hussein ne me demandait plus - il exigeait. Je l'entendis dire : "Bientôt, des ordres de Constantinople vont arriver : vous autres, chiens de chrétiens, allez être déportés. Aucun homme, femme ou enfant qui n'adhère pas à Muhammad ne sera autorisé à rester. Donnez-moi votre fille Aurora et je prendrai toute votre famille sous ma protection jusqu'à ce que la crise soit passée. Refusez et vous savez ce qui vous attend !"

- "Pendant toute la procédure de déportation des Arméniens, tout musulman, qu'il soit résident local ou issu d'un pays frontalier, qui tentera de cacher ou protéger un chrétien, verra sa résidence brûlée. Le chrétien sera ensuite tué sous ses yeux, et enfin, le musulman et sa famille seront exécutés."

- C'est ainsi que, désormais à Agn, il n'y avait plus un seul chrétien, hormis la poignée de filles converties et recluses dans les harems des riches - un destin pire que la mort.

Quelques mots sur Aurora :

Aurora Mardiganian, de son véritable nom Arshalouïs Mardikian (1901-1994) signifie "La Lumière du Matin" comme l'aurore, la lueur qui paraît à l'horizon un peu avant le lever du soleil d'où cette traduction. 

Publié dans LIBRINOVA, NETGALLEY FRANCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article