Manuel à l'usage des femmes de ménage

Publié le par Olivia

Manuel à l'usage des femmes de ménage

 

Auteure : Lucia Berlin (1936-2004)
Editeur : Editions Grasset
Traduction de l'anglais : Valérie Malfoy
Date de publication : 04/01/2017
Nombre de pages : 560
ISBN : 978-2-246-85782-2
Collection : Littérature étrangère
Genre : Nouvelles

 

Résumé :

La publication de Manuel à l’usage des femmes de ménage révèle un grand auteur et un destin exceptionnel : Lucia Berlin, mariée trois fois, mère de quatre garçons, nous raconte ses multiples vies en quarante-trois épisodes. Élevée dans les camps miniers d’Alaska et du Midwest, elle a été successivement une enfant solitaire au Texas durant la Seconde Guerre mondiale, une jeune fille riche et privilégiée à Santiago du Chili, une artiste bohème vivant dans un loft new-yorkais au milieu des années 50 et une infirmière aux urgences d’Oakland. Avec un délicat mélange d’humour, d’esprit et de mélancolie, Berlin saisit les miracles du quotidien jusque dans les centres de désintoxication du sud-ouest des États-Unis, elle égrène ses conseils avisés et loufoques tirés de ses propres expériences d’enseignante, standardiste, réceptionniste, ou encore femme de ménage.
Dix ans après la mort de l’auteur, la découverte de Manuel à l’usage des femmes de ménage a constitué un événement littéraire majeur aux États-Unis, puis dans le monde entier. Comparée par la critique américaine à Raymond Carver et Alice Munro, Lucia Berlin est un grand écrivain injustement méconnu, un maître de la narration qui se nourrit du réel pour émerveiller son lecteur. 


 « Lucia Berlin est sans doute le meilleur écrivain dont vous n’avez jamais entendu parler… »
Publishers Weekly

« Les nouvelles de Madame Berlin font s’émerveiller des imprévus de l’existence. C’est ça un grand écrivain. »
The New York Times

« Quarante-trois nouvelles, quarante-trois petits chefs-d’œuvre. »
La Repubblica 

Mon Avis :

Cette anthologie est composée de 43 nouvelles. Ce sont en quelque sorte les mémoires de l'auteure. Les passages sont puissants, racontés tels quels, sans êtes enjolivés. Les récits sortent du coeur et du vécu et cela se ressent bien ainsi que la sympathie qu'elle éprouve pour les gens qui l'entourent.

L'auteure parle donc de sa propre expérience personnelle, elle raconte son passage de fille riche à sa chute dans la pauvreté. Les lieux des histoires sont différents comme les arrêts de bus, les parkings, les hôpitaux, les stations services et surtout les laveries automatiques...

Les thèmes abordés sont les mêmes, son enfance, ses amours, l'alcool, la situation des femmes, ses différents jobs comme femme de ménage, la maladie, la drogue, l'isolement, la famille et en toile de fond ses petits bonheurs et ses épreuves qui en découlent. Le tout englobant la tristesse et l'amertume, parfois raconté avec humour comme dans les laveries.

Ce livre est une oeuvre saisissante. Certains récits sont plus émotifs que d'autres, le tout écrit dans un style naturel et simple. L'auteure, Lucia Berlin, nous régale en écrivant ces courtes nouvelles, c'est une lecture qui m'a marquée !

Mon dernier mot sera ces citations :

La mort panse les plaies, elle nous apprend à pardonner, nous rappelle que nous ne voulons pas mourir seuls.

- Femmes de ménage : par principe, ne jamais travailler pour des amies. Tôt ou tard, elles vous en veulent d'en savoir aussi long sur elles. Ou bien c'est vous qui ne voudrez plus d'elles, pour la même raison.

Alors, maman ne parlait jamais - jamais - de moi ? 
Non, en vérité, sauf pour se moquer de ton bon caractère, pour dire que ta docilité était signe de sottise.

Quelques mots sur l'auteure : 

Lucia Berlin (1936-2004) écrivit sporadiquement dans les années 60, 70 et 80. Son œuvre s’inspire de son enfance dans diverses villes minières de l’Ouest américain, de sa jeunesse extravagante à Santiago du Chili, de ses trois mariages ratés, de son addiction à l’alcool, de ses différents petits-boulots effectués pour subvenir aux besoins de ses quatre enfants. Dans les années 90, désormais sobre et libre de consacrer son temps à l’écriture, elle accepte un poste à l’Université Boulder (Colorado) avant d’être rapidement promue professeur. En 2001, sa santé déclinant, elle s’installe au sud de la Californie pour être près de ses fils.
Elle s’éteint en 2004, à Marina del Rey.

Source : Editeur

Publié dans MYBOOX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article