Une Légende Chrétienne

Publié le par Olivia

Une Légende Chrétienne
Auteur : Charles Demassieux
Editeur : Editions Hélène Jacob
Date de publication : 08/09/2013
Nombre de pages : 194
ISBN : 978-2-37011-000-8
Genre : Mystère/enquête

 

Résumé :

Un soir, au musée de Chantilly, le corps mutilé d’un jeune garçon est retrouvé par des membres du personnel. Mais un détail sur la victime fait trembler les plus hautes autorités de l’État, immédiatement prévenues : une lettre du tueur, aux armes du Vatican.

Ce qui semblait de prime abord un meurtre sordide va révéler une affaire d’une immense ampleur qui obsède la chrétienté depuis des siècles, entraînant dans son sillage des personnalités qui se seront volontairement mises en danger au nom de leur foi.

Plusieurs protagonistes vont ainsi se précipiter dans une chasse au trésor afin d’exhumer (ou détruire, selon les motivations de chacun) une relique dont, au départ, ils ne savent à peu près rien. Cette quête périlleuse les entraînera dans un voyage où Histoire et légendes se mêleront pour révéler un secret capable d’ébranler les fondations de l’Église catholique.

 

Mon Avis :

 

Carole-Anne de Saint-Gabriel est jeune conservatrice et l'assistante de Théodore Radot, un veuf quinquagénaire, et conservateur en chef du musée du domaine de Chantilly.

Le cadavre dépecé d'un enfant de 5 ans est découvert dans la salle des Clouet. Alain Sartet fait parti du cabinet du ministre de l'intérieur et découvre une lettre manuscrite posée près du corps de la victime, avec le sceau authentique du Vatican sur l'enveloppe. Tout laisse à croire que le meurtrier récidivera...

 

Sartet et le duchesse de Galénaïs mèneront cette enquête mystérieuse ensemble ainsi que Radot et Artémisia Villani. Certains ouvrages ont disparu. Que cache le cardinal Pradel ? Le frère de Radot, Alexandre se révélera un personnage important dans le récit.

 

Angoisse et peur de problèmes diplomatiques sont de mises car le Vatican serait impliqué, mais comment et pourquoi ? De plus, les dissimulations et le discernement sont indispensables politiquement parlant...

 

Le meurtrier serait investi d'une mission divine pour éliminer une hérésie alors que pour d'autres ce serait une découverte religieuse inestimable. Il faut absolument écarter un soulèvement mystique !

 

De plus, Théodore a une fille nommée Mathilde qui est la dernière descendante de Gaspard Radot l'ancêtre de la famille, famille sous le coup d'une très ancienne malédiction d'Archibald comte de Saint-Hiver, légende ou vérité ?

 

Dans ce roman, les mystères sont nombreux ainsi que les rebondissements et l'action, l'auteur ne donne aucun répit au lecteur à la manière des romans Da Vinci Code dont je suis fan. De plus, les descriptions, textes et citations historiques et culturelles foisonnent ce qui agrémente richement cette histoire. En bref, je me suis régalée.

 

Mon dernier mot sera ces citations :

 

- Les deux clés croisées de saint Pierre : en or et en argent, pour les pouvoirs spirituel et temporel de l'Eglise ; au-dessus, la tiare papale et ses trois couronnes, pour le pasteur, le docteur et le sacerdoce suprême de l'Eglise ; l'ensemble sur fond rouge. C'est ça ?   

 

- Pauvre esprit que celui qui se contente des apparences, la Vérité lui est cachée. Enfin, bientôt je redeviendrai poussière et mon âme se reposera à l'ombre de Dieu, c'est ce qui m'importe. J'ai fait ce que je devais faire pour notre salut à tous.

 

- Vous me trahirez, moi aussi, je le décèle à présent. Soudain, la vérité m'apparaît : vous servez des ambitions politiques quand je ne sers que Dieu et Son Eglise, dont vous êtes indigne ! J'agirai donc seul pour faire triompher sa gloire contre vos calculs mesquins. Adieu, Monseigneur !

 

 

Quelques mots de l'auteur : 

 

Comme lire était le meilleur moyen que j’avais découvert pour « partir » loin d’une réalité peu exaltante dans son ensemble, j’ai tenté l’expérience de l’écriture, espérant que ce serait encore mieux. Si ça n’a pas été le cas, je dois toutefois reconnaître que raconter a des vertus exaltantes, et l’idée d’être lu, encore plus. Aussi, je pratique l’écriture sans chercher un style « immortel », mais avec un souci narratif toujours présent à l’esprit.

J’écris ainsi depuis plusieurs années des articles (essentiellement politiques ou littéraires) ; des récits de fiction, dont deux publiés : Les chroniques du Chat (roman d’anticipation) et Expositions (roman érotique) ; de la poésie et du théâtre. Enfin, ce qui pourrait caractériser mon écriture, ce serait son ancrage dans l’identité européenne, de par son histoire d’une part, et sa culture, d’autre part. Quel que soit le sujet abordé, il est pour moi essentiel et rassurant qu’il s’y trouve ces repères. 

Source : Editeur

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article