VENTS FROIDS

Publié le par Olivia

VENTS FROIDS
Auteur : Olivier Magnier
Editeur : Editions Hélène Jacob
Date de publication : 19/01/2015
Nombre de pages : 196
ISBN : 978-2-37011-264-4
Collection : Littérature générale
Genre : Roman

Synopsis :

Bolivie, Andes royales. Deux romans noirs, dans les règles, désenchantées, du genre. À La Paz, un chauffeur de taxi tente de changer son destin en revenant là où son braqueur a déposé une valise. Plus au sud, un paysan veut comprendre la mort de son fils, et se heurte à l’implacable dureté des hommes.

Mais la noirceur est renforcée par le Vent froid de l’Altiplano. À plus de 3 500 mètres d’altitude, il s’étend du lac Titicaca jusqu’aux aires désertiques du salar d’Uyuni, plus grand désert de sel au monde. Sur les rives de sa blancheur, la misère noire de certains hommes que le vent andin transperce et emporte. La Paz, plus haute capitale du monde, est une ville où l’on monte et descend. La Ville aux pentes dévale au pied des monts, dans un cratère où règne le manque d’oxygène. Les vies y sont interchangeables comme des plaques d’immatriculation.

Olivier Magnier ne verse dans aucune complaisance, il observe la violence et sa présence sans fard. Sans explications non plus. Peu importe les chemins qui y ont mené les êtres ou les peuples : quel que soit le décor du roman noir, cette écriture est faite de la noirceur des sociétés humaines. Sauf qu’en Amérique du Sud, ce n’est pas seulement la société qui empoisonne les veines des hommes, c’est aussi l’accumulation dans l’histoire de l’humiliation et de la misère. Et même si la Bolivie a récemment retrouvé une fierté, c’est au nom des déshérités d’hier, d’aujourd’hui ou de demain, ici ou ailleurs, que ces histoires se sont écrites. Pourtant, la poésie de l’auteur réchauffe le banal tissage de la fatalité où quelques êtres tentent de ne pas mourir, face à l’immense indifférence de la nature. L’aveuglante blancheur du salar et les rues de La Paz ne sont pas des cartes postales à touristes, elles portent la singularité autant que la banalité des sorts, où qu’ils adviennent. Voici deux récits, boliviens jusqu’au cœur des mots, dont on sait pourtant ce qu’ils ne sont surtout pas : des polars « exotiques ».

 

Mon Avis :

 

Vents Froids est composé de deux Histoires courtes de l'Altiplano bolivien. 

 

La première : La ville des pentes

Un chauffeur de taxi en possession d'une énigmatique mallette cherche à se venger de son braqueur. C'est une obscure histoire de vengeance. J'ai apprécié l'atmosphère et le dépaysement, les belles descriptions du paysage de la Paz.

 

La seconde : Vents froids

José vient de perdre Gabriel, son fils mécanicien, il part à la recherche d'explications et veut comprendre ce qui s'est réellement passé et c'est sur un vent glacial qu'il chemine dans le désert du salar où Gabriel a été retrouvé assassiné à moitié dévoré par les rapaces. Il devra composé avec le silence des habitants, l'injustice et la corruption de la police. La chute est inattendue. 

 

La plume de l'auteur, Olivier Magnier, est accrocheuse et parfois poétique. Le cadre est exceptionnel et ce sont des récits sombres que j'ai appréciés. A découvrir !

 

Mon dernier sera ces citations :

 

- L'attente durait, la tension monta d'un cran. La nécessité du meurtre rôdait en lui, venue d'il ne savait plus où, et il se laissa bercer. 

 

- Parfois, mais peu fréquemment, il se surprenait à oublier de se souvenir et s'en voulait ensuite. Il fallait plonger dans son deuil avec conscience, habiter la mémoire de son fils. L'oubli, lui, viendrait plus tare, peut-être avec la mort, à moins que...

 

- La voix avait couru de village en village le long des bords du salar, répandue au-delà dans le désert. La réalité, quand elle arrive dans les bouches, se tord dans tous les sens et le vieux don Roman avait entendu plusieurs versions dont les variations l'avaient laissé perplexe.

 

Quelques mots sur l'auteur :

 

Naissance : 1973.
Profil sociologique : bourgeoisie classe moyenne.
Profil professionnel : plutôt à la mode, voire carrément en vogue, prof.
Coup de pouce de la chance, ça se passe au collège franco-bolivien de La Paz.
Profil psychologique : enfance heureuse, adolescence plutôt tardive. Égoïsme raisonnable, violence intérieure assez forte, mais tempérée par un fond qui essaie de pencher du côté de la gentillesse. Considère l’autre comme son égal et se soucie de lui faire du bien. En dépit de quelques écarts, encore une fois. Spirituel, mais pas toujours, amateur occasionnel d’humour lourdingue. Travaillé, comme tout un chacun, par le sort de notre espèce. Poète a priori ; romancier aussi.

Lectures de prédilection : Hugo, Willocks, Flaubert, Garcia Marquez, Harrison, McCarthy, le journal L’Équipe.
Hobbies : jouer dans les vagues, faire des longueurs en piscine, pour la sensation de légèreté. Skieur parfois imprudent, revers à une main au tennis, footballeur à performances irrégulières. Possibilité de promenades à moto sur les chemins de Bolivie avec pique-nique inclus.
Généralités : installé à La Paz depuis une bonne dizaine d’années. Amoureux du pays d’où sont aussi mes enfants et ma compagne.
Lieux de prédilection : avant tout le salar de Thunupa (ex salar d’Uyuni), l’Altiplano en général et La Paz en particulier. C’est de là que vient Vents froids.

Source  : http://www.editionshj-store.com/collections/litterature-generale/products/vents-froids-olivier-magnier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Griboulette 29/12/2016 16:07

Originale !! en plus j'aime bcp les petites histoires comme celles-ci