Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert

Publié le par Olivia

Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert
Auteur : Pierre Thiry
Editeur : BOD Books on Demand
Date de publication : décembre 2012
Nombre de pages : 312
ISBN : 978-2-8106-2371-6
Genre : Roman

 

Résumé :

Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert... Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s'emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce "roman", très imaginaire, où il est question : d'un vélo volé, d'un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, d'une bibliothécaire portant le nom de Salammbô, du chat noir Charles Hockolmess et d'un rassemblement de vieux gréements à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse ?

Mon Avis :

Je suis enchantée de continuer ma découverte des ouvrages de l'auteur, comme à chaque fois, Pierre Thiry m'a fait passer un très bon moment de lecture.

Ce roman est à la fois historique et imaginaire, les personnages principaux sont le commissaire Jeton, Jules Kostelos, Giovanni Bottesinni, un contrebassiste, Salammbô et Charles Hockolmess le chat noir au chapeau melon qui se trouve dans "Ramsès au pays des points-virgules", un autre roman du même auteur que j'ai beaucoup apprécié d'ailleurs.

Jules Kostelos est détective privé et enquête sur le vol du vélo du commissaire Jeton, commis sur le pont Gustave-Flaubert. C'est ce qui enclenche la véritable enquête, celle de résoudre le mystère du pont Gustave-Flaubert.

Les personnes qui aiment les émissions d'histoire seront ravies car ils s'y trouvent de très nombreux événements datés, l'auteur a fourni un travail de recherche précis et minutieux. On retrouve Socrate, Shakespeare, Giovanni Bottesini, Miguel de Cervantès, George Sand, Georges Astulf, Boileau, Christophe Colomb, et la liste est longue. La musique, le théâtre, la poésie, l'opéra sont omniprésents.

De plus, Pierre Thiry cite de nombreux extraits de correspondances de Gustave Flaubert, des extraits de la revue de Paris du 19 ème siècle... et ajoute des annotations comme celle-ci numéro 60 page 115 : Carthage : note : C'est sous le nom de "Carthage" que Flaubert désigne d'abord son roman "Salammbô" sur lequel il travaille de 1857 à 1862. 

J'ai affectionné lire un extrait de l'Art poétique de Boileau ainsi que l'humour, les poèmes et les jeux de mots, comme par exemple : - Je vous aime Ah ! Beau varie jamais ! 

En fin d'ouvrage, il se trouve une partie Chronologie (1167 - 2017) et une note de l'auteur très intéressante. Le 5 juillet 2017 correspond à l'appel téléphonique du Commissaire Jeton à Jules Kostelos tandis qu'il est en train de lire "Les Trois Contes". de Gustave Flaubert (page 6).

C'est très intéressant et enrichissant, j'ai savouré cette lecture qui honore l'illustre écrivain, Gustave Flaubert.

Mon dernier mot sera ces citations :

- Gustave Flaubert était-il un ennemi de la musique ? Certains auteurs l'affirment (René Martineau, Promenades biographiques, Librairie de France 1920, Hélène Frejlich, Flaubert d'après sa correspondance Société Française d'Editions Littéraire et technique, 1933). Ils se fondent pour cela sur une anecdote : Gustave Flaubert aurait fui le Château de Chenonceaux à cause de la musique insupportable d'un certain contrebassiste sans doute originaire de La Havane : un dénommé Nicagio Jimenez.

- Et ce n'est pas le défaut de poésie, c'est la faiblesse de nos organes qui nous fait sentir la fatigue au bout de quelque temps ; ce qu'on éprouve alors, ce n'est pas l'ennui de la monotonie, c'est la lassitude que causerait le plaisir trop continu d'une musique aérienne.                                                Le plaisir de cette musique aérienne, Gustave Flaubert avait eu la chance de l'éprouver en Corse, à l'audition d'un duo de glass harmonica et contrebasse.

A la découverte de l'auteur :

Publié dans SERVICES DE PRESSE

Commenter cet article