Le sable et le sang

Publié le par Olivia

Le sable et le sang
Auteur : Gilbert Petit
Editeur : Editions Hélène Jacob
Date de publication : 3/11/2012
Nombre de pages (format papier) : 270
ISBN : 979-1091-325-271
Collection : Littérature générale
Genre : Roman 

 

Résumé :

Les nombreux séjours de l’auteur au Mali et dans l’ensemble du Sahara lui ont inspiré ce roman, mi-reportage, mi politique-fiction.

Construit comme une suite de vidéos retraçant les événements dramatiques de 2012 (depuis la rébellion touareg, jusqu’à la prise de pouvoir par les islamistes, à l’imposition de la charia, aux luttes intestines et aux exactions qui ont suivi, en passant par les interventions des services secrets et leurs conséquences en termes de prises d’otages), Le Sable et le Sang nous fait partager les périls d'une femme dénuée de scrupules, qui aime affronter le danger pour faire de l'argent et que la DGSE va payer grassement pour infiltrer les belligérants. Sa mission : enrayer l'alliance entre rebelles touaregs, terroristes et djihadistes islamistes. Sa passion pour le baroud et l'appât du gain la conduiront dans un piège dont il lui sera difficile de sortir…

Ce roman est aussi un hommage au peuple touareg et aux territoires grandioses du Nord Mali, du désert du Tanezrouft au chaos granitique de l’Adar des Iforhas, des villes de Gao, Tombouctou, Kidal, Taoudénit, jusqu’à la majesté tranquille du fleuve Niger.

Les droits d’auteurs issus des ventes de ce roman sont, dans leur intégralité, consacrés à l’amélioration de l’éducation scolaire d’enfants touaregs de la région d’Agadez.

 

Mon Avis :

Cette fiction comprend 53 chapitres, alliant suspense et action. On voyage au Sahara à la rencontre du peuple Touareg. Entre guerres civiles, prises d'otages, la rébellion touareg au Niger, en Algérie, au Mali et en Libye, les expulsions, les camps de réfugiés, la corruption... Madeleine Bollenger, une journaliste pour France 24 va pénétrer à l'intérieur d'un groupe de rebelles, elle va se mettre volontairement en danger et devra affronter son destin dans le désert.

On en apprend beaucoup sur le peuple Touareg, leur mode de vie, leur culture, leurs croyances, comment les aborder et obtenir leur confiance. Voici les différents castes : les nobles sont appelés les imrad, ce sont ceux qui ne travaillent pas, qui s'occupent de politique, de guerre, de chasse et de l'élevage des chameaux, ensuite il y a les inaden composés des artisans, des forgerons est des artistes, puis les harratin qui cultivent les jardins ou qui travaillent de leurs mains comme les maçons et enfin les iklan qui sont les esclaves. Leur langue est le tamasheq, ils possèdent leur propre code de comportement appelé le tekarakayt et le voile qu'ils portent se nomme le taguelmoust...

En fin de livre se trouve un historique très intéressant des prises d'otages perpétrées par AQMI et le MUJAO au Sahel depuis 2001 jusqu'au 5 avril 2012 (selon une source du Figaro), ce qui fait 64 otages en 8 ans, ce qui est effrayant et un otage rapporte en moyenne 3 millions d'euros aux ravisseurs !

L'auteur, Gilbert Petit, voue une véritable passion pour le Sahara et cela se ressent dans le récit. En fait, "Le sable et le sang" est un livre parfaitement documenté dont le thème principal est les prises d'otages de journalistes. Ce fut une lecture d'actualité enrichissante et captivante.

Mon dernier sera ces citations :

Dans l'avion qui l'emmenait à Bamako, Madeleine avait eu tout le temps pour penser à la nouvelle vie qu'elle avait choisie. L'ONG malienne qui venait de l'embaucher allait lui permettre d'oublier son passé. A cinquante et un ans, elle en avait marre.
Marre de sa dépendance à l'argent, marre du danger permanent qu'elle courait pour le gagner, marre des mensonges, marre des manipulations.

- Quant aux fabricants d'armes, ils en produisent beaucoup plus que de besoin. Demandez donc à leurs gouvernements s'ils veulent se priver de six pour cent de leur PIB, vous verrez leur réponse ! Ce qu'ils vous diront n'a rien à voir avec la morale.

Quelques mots sur l'auteur : 

L'auteur est un voyageur du Monde. En 1963, boursier à 19 ans de la Fondation Zellidja, qui encourage les jeunes à voyager, il parcourt la Scandinavie en stop pour une étude sur la civilisation viking. Deux ans plus tard, il tombe sous le charme du Sahara qui l'envoûtera à vie.

Ses voyages sont toujours centrés sur la rencontre avec les gens les plus démunis. Comment peut-on vivre et être heureux avec rien ? Il mettra, un temps, son savoir d'ingénieur dirigeant au service d'une ONG pour aider les entreprises des pays pauvres à se développer. Qu'il aille chez les Touaregs, les Lapons, les Birmans, les Khmers, les Amish, les Thaï, les Lao, les Maliens, Nigériens, Tchadiens ou chez certains Européens, il rapporte de chaque voyage des leçons de vie.

Source : éditeur

Le sable et le sangLe sable et le sang
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article