LE VISAGE DES GAD - Le combat du "métis breton"

Publié le par Olivia

LE VISAGE DES GAD - Le combat du "métis breton"
Auteur : Olivier Le Bras en collaboration avec Anne Guillou
Editeur : Locus Solus Edition
Date de publication : janvier 2015
Nombre de pages : 192 pages noires et 32 pages photos couleur
ISBN : 978-2-36833-066-1
Collection : Récits
Genre : Témoignages

 

Résumé :

Début 2013, rien ne va plus à l'abattoir GAD, dans le nord Finistère. La coopérative qui le possède parle de FERMETURE, de plans sociaux... Les salariés et leurs familles sont sous le choc, les MÉDIAS à l'affût, les SYNDICATS sur les dents. Leur délégué s'appelle Olivier Le Bras. Le conflit le révèle au grand public : diplomate mais déterminé, sensible, présent sur tous les fronts institutionnels et médiatiques en cette saison qui voit fleurir les Bonnets Rouges et s'effondrer les portiques écotaxe. "Métis breton", il trouve aussi dans la bourrasque sociale les ressources pour ECRIRE SA VÉRITÉ.

Mon Avis : 

Olivier Le Bras a été salarié 19 ans chez Gad (société d'abattage et de découpe de porcs). Etant délégué Syndical, il est devenu le représentant de 12OO travailleurs dont 889 ont été licenciés principalement à Lampaul-Guimiliau. En collaboration avec Anne Guillou, il raconte dans cet ouvrage les événements, les conflits sociaux, les manifestations, la lutte vue de l'intérieur ainsi que ses sentiments, ses émotions et ses rencontres... Des témoins et des critiques des événements Gad ont également participé à la rédaction de ce livre. 

Les plus sont la carte le l'implantation du groupe Gad de la situation en 2012 en début de l'ouvrage, la chronologie des événements marquants de 1956 au 17 décembre 2013 à la fin et surtout les 32 photographies dont des articles de presse, la vue aérienne de l'établissement Gad de Lampaul-Guimiliau, des manifestations comme les marches, les blocages, la première visite du ministre Guillaume Garot, les réunions, des sorties du tribunal, l'annonce des près de 900 licenciements, des passages TV... et des photos de famille, au coeur du récit.

La mise en page est vraiment bien faite et agréable. Les différentes parties possèdent des sous-titres en gras, celle qui m'a le plus émue est celle intitulée "J'ai rencontré des gens de coeur". Les sous-titres sont - Une longue métamorphose Des cruautés ordinaires - Des personnalités stimulantesOlivier Le Bras raconte sa vie à l'école, au collège, au lycée, à l'armée et ses déboires en tant que métis, ses expériences face au racisme... ainsi que ses rencontres, sa famille et ses appuis. 

Olivier Le Bras a décidé d'écrire ce livre pour faire connaitre l'expérience sociale éprouvée collectivement ainsi que le bouleversement individuel qui l'a fait passer d'un individu considéré comme commun à celui d'une personne reconnue comme un grand homme ! 

Cet ouvrage est très intéressant et enrichissant. Les liens créés entre Olivier Le Bras et tous les protagonistes se perçoivent très bien, on vit les événements comme si on était au côté des travailleurs dans cette lutte, c'est très vivant. C'est un poignant témoignage !

Mon dernier mot sera ces citations : 

- Je l'ai dit un jour, dans l'émotion et la colère qui m’étreignaient ce jour-là : "Vous méritez tous la Légion d'Honneur". C'était une image, bien sûr. Mais il est certain que nos vies de labeur méritent mieux que l'indifférence et l'oubli. Nous allons nous disperser, mais d'une manière ou d'une autre, nous restons, au fond de nous-mêmes, "ceux de Gad."

- Je ne dirai jamais assez le soutien très fraternel que m'ont apporté les personnes de l'association "Sauvons Lampaul". Dans la lutte, le syndicat, les syndicats, c'est essentiel, mais leur mandat est limité. Ils sont indépassables pour résister, établir un rapport de force, négocier avec la direction. Mais cela ne fait pas tout dans la lutte. Une chance pour nous, chez Gad, il y avait beaucoup de femmes qui, sans être majoritaires, occupaient toute leur place.

Quelques mots sur Olivier et Anne : 

Olivier LE BRAS est né à la Réunion en 1973. Arrivé très jeune dans le petit bourg rural de Saint-Thégonnec, où sa mère a rejoint et épousé un agriculteur, il a été délégué syndical FO de l'antenne Lampaul-Guimiliau (29) dépendant du groupe agroalimentaire Gad. Puis, alors que l'entreprise en difficulté, propriété de la CECAB à Vannes depuis 2010, s'orientait vers une restructuration puis une fermeture de sites, il a été nommé en 2013 délégué central au comité d'entreprise. Il a ainsi été associé de près à la descente aux enfers, mois après mois, des 1200 salariés qu'il représentait. Cette longue et intense période de sa vie l'a transformé humainement en le révélant aussi, lui le timide "métis breton", aux yeux du grand public.

Anne GUILLOU est universitaire et écrivain. Elle a publié de nombreux ouvrages de sociologie et de mémoire sociale, des essais, des biographies, des nouvelles et des romans. Parmi les derniers parus : Pour en finir avec la matriarcat breton. Essai sur la condition féminine, Skol Vreizh, 2007 ; Noce maudite, roman, 2010 ; Dommage de guerre, L'Harmattan, 2013 ; Monts d'Arrée - Paroles de femmes, Locus Solus, 2014 ; Terres de promesses, roman, Skol Vreizh, 2014.

Source : le présent ouvrage page 4

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :