DIA LINN VII : LE LIVRE DE CATHAN

Publié le par Olivia

DIA LINN VII : LE LIVRE DE CATHAN
Auteure : Marie-Pierre Bardou
Editeur : Editions Hélène Jacob
Date de parution : 20 juin 2016
ISBN : 978-2-37011-472-3
Collection : Littérature générale/Sagas
Genre : Roman

 

Résumé :

Etats-Unis, 1969.
Cathan a 17 ans. Il est l'héritier de la fortune des O'Callaghan, arrachée aux mains des O'Brien par sa mère six ans plus tôt. Il vit son adolescence en plein "flower power", éloigné de Maav à qui il n'a pas pardonné sa trahison, celle de sa relation avec Daemon, "L'homme sombre".
Drogue, sexe et musique sont les seuls credo du jeune homme...
Mais le spectre de Liam O'Brien plane toujours sur les descendants des O'Callaghan : Dillon n'attend qu'une occasion pour entrer en lice. Cette occasion sera, pour Cathan, la fin de l'innocence.
Afin de sauver les siens, il devra devenir adulte et se rapprocher de celui qu'il considère comme son ennemi intime, Daemon.
Mais il découvrira vite que "le Chat" a lui aussi des secrets... Un bras de fer oppose Dillon O'Brien et Daemon, l'un bénéficiant des appuis de la pègre, l'autre d'alliés surprenants et tous aussi puissants.
Aux côtés de Cathan, ses propres cousins : Tommy, bien sûr, le Cheyenne qui est de toutes les luttes dans cette Amérique en pleine mutation ; mais aussi Bres, ancien soldat de l'I.R.A fuyant le dimanche sanglant de Belfast et la terrifiante prison de Long Kesh.
Les trois cousins reviendront aux racines du mal, à l'endroit où leurs ancêtres, Wyatt et Aïdan, ont donné naissance à la Dioltas : dans les montagnes sacrées, là où la mine d'or de Dearfield alimente la fortune inépuisable des O'Callaghan.
Et Cathan découvrira que, pour mettre un terme à la violence, il faut parfois devenir soi-même un assassin...

Mon Avis : 

Dia Linn est une saga familiale racontée sur plusieurs décennies dont le récit débute en Irlande en 1848.
Cette septième partie se déroule d'août 1969 à juillet 1973. C'est l'avant dernier tome de cette saga. Le huitième et dernier volume s'intitulera Dia Linn : Le livre de Cyan : Sinn Féin et sortira à la fin de cette année chez le même éditeur.
Dia Linn VII : Le livre de Cathan - 17 août 1969 en Louisiane - Un ouragan nommé Camille pointe le bout de son nez puis fait rage et dévaste tout sur son passage.
Béthel, près de New York, 17 et 18 août 1969 - Ronny et Sonny Meredith et Cathan font du camping et assistent au festival de Woodstock accompagnés de drogues et d'alcool.
Béthel, près de New York, le 18 août 1969 - la police vient annoncer à Cathan Parish la dispartition de Maav, sa mère, lors du passage de l'ouragan.
La nouvelle Orléans, septembre 1969 - Tommy est aussi un O'Callaghan. Daemon Donovan est présent aux obsèques, il est le père d'Artur, âgé de 5 ans et atteint de surdité et d'Eileen âgée de 3 ans. Il ne les avait pas reconnus et donc ils portent le nom de jeune fille de Maav O'Callaghan. Daemon est surnommé "l'homme de l'ombre" et Le Chat. Tout ce petit monde attend l'ouverture du testament. Après la lecture de celui-ci, le juge Wallace leur apprend que leur cousin Dillon O'Brien réclame la garde des enfants...La fortune des O'Callaghan est très convoitée. Quel sera la décision du juge ? Qui deviendra légalement le tuteur des héritiers ?
O'Brien est prêt à tout pour obtenir l'héritage des O'Callaghan dont il estime être dépouillé. Cathan déteste Daemon, il ne lui fait pas confiance mais il se conforme à ses décisions. Daemon va utiliser tous les moyens dont il dispose pour veiller à la sécurité de ses deux enfants. Cathan se retrouve avec eux dans les montagnes pour se cacher, au bout de plusieurs mois il prend tout de même la décision de retourner à New York malgré le danger...mais il fait la connaissance de la belle Léa...
Dans ce roman, j'ai apprécié le style poétique dans les nombreuses descriptions des paysages, notamment de Smocky Mountains en Caroline du Nord, ainsi que le rythme dynamique du récit. J'ai bien aimé l'évolution des relations entre Cathan et Daemon. 
Entre jalousies, crimes, conflits politiques et religieux, intrigues, complots, révélations... et de nouveaux personnages qui s'ajoutent au fil du récit, ce roman ne manque pas de suspense et de rebondissements jusqu'à la fin ! 
 

Mon mot de la fin sera ces citations :

- Même en plein été, les nuits étaient fraîches et l'altitude, comme les frondaisons des arbres, maintenait une température agréable en journée. C'était un endroit oublié du monde, de sa fureur et de ses chaos. On y entendait seulement l'eau qui dévalait les montagnes, creusant les rochers en formant de petits ruisseaux, pour se jeter jusque dans le grand lac poissonneux, le paradis des pêcheurs. Les oiseaux, les rongeurs, les insectes vivaient leur vie secrète et, de temps en temps, on apercevait la silhouette massive et brune d'un ours - mais ils ne s'approchaient pas des humains.

- J'ai besoin d'agir, cousin. Il faut que je fasse quelque chose. L'Irlandais hocha lentement la tête, reposant la bouteille vide sur la table basse devant laquelle ils étaient vautrés, dans le grand canapé moelleux. Il était embringué dans cette histoire de dingues maintenant, il y était même jusqu'au cou. Il avait choisi de ne jamais remettre les pieds dans son pays et il devait assumer sa décision. C'était sa famille.

Quelques mots sur l'auteure :

Née en Afrique équatoriale dans une famille d’oiseaux migrateurs, Marie-Pierre Bardou a gardé de ses voyages précoces le goût des départs, même en imagination. Elle teste un peu tous les genres – poésie, nouvelle… –, mais c’est avec le roman qu’elle peut, réellement, se laisser « embarquer ». Grande admiratrice du génie fiévreux d’un Dostoïevski ou de l’implacable plume d’un Ross McDonald ou d’un Liam O’Flaherty, elle adore les romans historiques et les thrillers. C’est le plus souvent dans les drames familiaux qu’elle puise sa propre inspiration.
Elle a une prédilection pour les grasses matinées et les séries TV, et de temps en temps se laisse séduire par quelques chutes libres – mais toujours avec un parachute. Sinon, son bureau ou son canapé seront les endroits où vous la trouverez la plupart du temps. L’avantage étant qu’ils sont dans la même pièce, pour une très agréable économie de mouvements…

Source : site de l'éditeur

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article