Humaine vagabonde

Publié le par Olivia

Humaine vagabonde
Auteure : Hélène Harbec
Editeur : Les Editions David
Date de publication : 13 avril 2016
Nombre de pages : 130
ISBN (PDF) : 978-2-89597-563-2
ISBN (papier) : 978-2-89597-536-6
Collection : Voix intérieures 
Genre : poésie

 

Résumé :

Humaine vagabonde, la poète se remet en route et parcourt physiquement le territoire, cherchant à s’approprier un nouvel espace. Son but : habiter son corps et marcher pour s’imprégner de vie, franchir les murs, la distance, aller vers l’autre et goûter à quelques rares instants de durée. 

Mon Avis :

Dans ce recueil la place des mots n'est pas laissée au hasard, c'est discipliné, délicat et pointilleux. L'ordre des mots et la distance entre eux sont très importants et cela se ressent à la lecture. Les poèmes sont courts et légers, c'est comme si les mots étaient posés délicatement sur le papier.

Le temps passe et s'écoule lentement. On retrouve les thèmes de l'heure, le temps qu'il fait, les saisons, la nuit, la vie, la mort, la vieillesse... tous ceux-ci en évoquant le temps, ses joies et ses dommages. 

C'est un recueil de poésies très touchant, simple, d'une clarté sans faille, j'aime la mise en page et le style qui me font penser à des temps de pauses, des mesures marquant la conclusion. La position des mots clés fait deviner l'intonation du texte.

Après avoir lu le poème suivant, la dernière phrase m'a fait penser à de l'eau qui perlait. C'est simple et si beau !

Odeur de café. Je suis à l’abri du froid. Au mur, l’affiche glacée a des yeux. Ce n’est pas moi qu’elle regarde. La voie prise par son regard n’est pour personne. L’affiche glacée a des lèvres rouges brillantes. Une bouche entrouverte, des dents blanches. Le rouge est l’unique couleur.
 

Je me demande 

qui

s’emporte                                                                                                                                 ainsi 

de désir
 

En fait, j'ai ressenti chacun des poèmes comme si l'auteure avait pris une photographie et avait figé dans le temps l'instant présent en capturant les éléments de ce morceau de vie en les exprimant sur le papier. Le thème principal est donc le temps qui passe, se mouvoir c'est vivre. J'ai vraiment passé un excellent moment avec "Humaine vagabonde."

 

Mon dernier mot sera ces extraits, l'un d'Hélène Harbec et l'autre un petit clin d'oeil à Guillaume Apollinaire : 

Je vaque à si peu de choses. À moins que ce ne soit l’inverse, que                                        
peu de choses vaquent en moi. Et je te rencontre ici 
 
incommensurable                                                                                                                   présence 

du poème
 
"Le fleuve est pareil à ma peine                                                                                                        Il s'écoule et ne tarit pas                                                                                                                  Quand donc finira la semaine ?                                                                                                                 
 

Quelques mots sur l'auteure :

Née à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, Hélène Harbec vit à Moncton depuis le début des années 1970. Auteure de plusieurs œuvres de fiction et de poésie maintes fois primées, elle a remporté notamment deux prix Éloizes, le prix Champlain pour son récit Chambre 503 (David, 2009) et le prix AntonineMaillet-Acadie Vie, en 2014, pour le recueil L’enroulement des iris (Noroît, 2013)

Source : Les Editions David

Publié dans SERVICES DE PRESSE

Commenter cet article