Le Papillon Vert Charles Marie de La Condamine

Publié le par Olivia

Le Papillon Vert             Charles Marie de La Condamine
Auteur : Philippe Meyrignac
Editeur : Editions Hélène Jacob
Date de publication : 15 septembre 2014
Nombre de pages : 412 (format papier)
ISBN (format numérique) : 978-2-37011-176-0
Collection : Littérature générale
Genre : Roman historique

 

Résumé : 

Charles-Marie de La Condamine (1701-1774), chevalier de Saint-Lazare, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie française, est un peu l’inspirateur de Jules Vernes, de Tintin, et d’Indiana Jones… Grand voyageur en Méditerranée, au Pérou, en Amazonie, et Guyane, il découvre le caoutchouc, le curare et le meilleur quinquina. C’est un roman fortement teinté de vert par le romantisme naissant, une biographie-fiction où La Condamine raconte sa vie avec un œil nouveau, dans une suite de courtes paraboles philosophiques.

Ce savant est habité par une double personnalité qui oppose sa raison, animée par l’esprit des Lumières, à son extrême affectivité, issue de son « enfant intérieur ». En filigrane, le papillon évoque le domaine de la psyché, les traumatismes de l’enfance, la peur d’être soi-même, et l’acceptation d’une part féminine dans l’Homme.

Bien que dubitatif face à une prophétie turque, La Condamine oriente sa vie dans une quête mystique secrète. Fasciné par l’Amazone, il se résume tout entier dans une vision poétique favorisée par l’usage des drogues indiennes. Son cheminement intérieur se heurte à la perte de tous ses sens, mais il n’oublie ni l’humour, ni la dérision, les meilleurs remèdes contre le spleen.

La Condamine croit qu’à la mort, son âme s’échappera de son corps, sous la forme d’un papillon… Un papillon vert.

 

Mon Avis :

 

Charles-Marie de La Condamine est né le 28 janvier 1701 à Paris et est décédé le 4 février 1774 à Paris. C'était un scientifique français, un astronome, un explorateur et un encyclopédiste qui accomplit la première exploration scientifique de l’Amazone. Charles-Marie de La Condamine renie son nom car Marie est un nom de fille, il revendique se nommer uniquement Charles de La Condamine.

Dans Le Papillon Vert de Philippe Meyrignac, Charles confie sa double personnalité. Pour lui, il existe une nature féminine définie par l'affection, l'émotion, l'âme sensible et la mélancolie ainsi qu'une puissance masculine définie par le sérieux, l'austérité, l'indiscrétion et la force du langage. Tel un aventurier invincible, c'est avec les deux aspects de sa nature qu'il vivra ses périlleuses aventures. 

Ce livre est une vraie mine d'or, on en apprend sur les progrès de la navigation et de la cartographie, la géographie, l'astronomie, l'histoire naturelle et l'archéologie antique, la mythologie grecque, le commerce maritime de la France, les progrès de la science durant le siècle des Lumières ( exemple : la découverte en 1747, d'une espèce inconnue en Europe, l'Hévéa Brasiliensis, l'arbre à caoutchouc par Fresneau). Ses voyages et aventures en France, en Egypte, en Espagne, en Libye, au Pérou, en Guyane, en Italie, en Palestine, en Terre Sainte, en Angleterre...

Charles de La Condamine tel le Seigneur des aventuriers nous émerveille en plus de nous enrichir en racontant ses aventures. Il se lance dans ces expéditions malgré tous les dangers. 

Mes passages préférés sont la légende des papillons, la prophétie de la Sublime porte (Constantinople, 1731), Les Sirènes (Chypre, 1731), les citations de divers philosophes et les nombreuses citations de Jean de La Fontaine qui sont très présentes. Ainsi, que les descriptions des villes comme Smyrne, la ville antique des Amazones, Constantinople, Carthagène qui sont splendides... 

Mais ce n'est pas tout, on en apprend sur la mythologie grecque, la Rome Antique, les empereurs romains, les philosophes, la science, les poètes antiques comme Homère. Parmi ses connaissances se trouvent Voltaire, Descartes, Mauperthuis, M. de Fontenelle... 

 

D'ailleurs, Voltaire qui connaissait bien Charles le taquinait en lui disant :

"Merci, cher La Condamine,                                                                                                            Du beau présent de l'équateur,                                                                                                        Et de votre lettre badine                                                                                                                  Jointe à la profonde doctrine                                                                                                            De votre esprit calculateur.                                                                                                              Et bien ! Vous avez vu l'Afrique,                                                                                                    Constantinople, l'Amérique :                                                                                                            Tous vos pas ont été perdus.                                                                                                          Voulez-vous faire enfin fortune ?                                                                                                     Hélas ! Il ne vous reste plus                                                                                                            Qu'à faire un voyage à la lune."    

 

C'est malade et proche de la mort que Charles fera sa conclusion sur les clés fondamentales qui ouvrent les portes du chemin intérieur pour éclairer l'être spirituel qui est en chacun de nous afin d'en définir le sens final. Il nous livrera aussi ses expériences mystiques.  

                     

Ce roman apporte énormément de connaissances avec précision, il y en a tellement à apprendre, c'est captivant, je l'ai décortiqué avec plaisir, j'en ai apprécié tous les détails. Philippe Meyrignac a fourni un abondant travail de recherche. La dynamique et le rythme du texte sont bien mis en place. Ce roman est richement fourni et précis. Avoir lu Le Papillon Vert, c'est avoir avalé un très bon repas consistant de l'entrée au dessert. C'est un livre qui a sa place dans toutes les librairies, les médiathèques et les bibliothèques.

 

Mon dernier mot sera ces deux extraits : 

"Peu à peu, en avançant dans l'existence, je compris ma propre histoire et je racontai à qui voulait l'entendre ma Parabole du Papillon qui exprimait la spiritualité de l'âme et la fusion entre l'Homme et la nature. Je croyais que chacun de nous possédait deux vies, je voulais dire deux parties de vie : la première tout en devenir pendant l'enfance, préservée par la sécurité du cocon familial et la deuxième, une vie d'homme lancé à l'aventure pour conquérir le monde."

"La découverte de l'hypothétique passage, à l'instar de la sortie difficile d'un papillon trop fragile de sa chrysalide, était une épreuve délicate. Il leur fallait entreprendre une véritable quête pour découvrir les mystérieuses voies de passage. Ouvrir une à une les portes menant à la félicité pouvait prendre à l'homme toute une vie. C'est là ce que l'on appelait communément la recherche du bonheur."

 

Quelques mots sur l'auteur :

Né à Caen, d’un père limousin et d’une mère bretonne, Philippe Meyrignac s’est très tôt passionné pour les sciences, l’Histoire, la musique et la littérature. En marge de ses activités d’ingénieur, il est d’abord, dans le privé, auteur-compositeur de chansons. Avant tout, il aime jouer avec les mots, les rythmes et les verbes, tourner la vie en fantaisie et animer un public d’amis. Mais cette poésie cachait une réflexion philosophique : « D’où viens-je ? Où suis-je ? Où vais-je ? » Il rêvait d’en faire un roman… Son premier roman. À cinquante ans, cela lui est arrivé. Philippe Meyrignac a trouvé le bonheur en se familiarisant jour après jour avec les joies et les souffrances de l’écriture. Il n’attendait que les encouragements d’un éditeur pour faire partager sa sensibilité, sa poésie et son amour des sciences. En croisant la route de La Condamine, au hasard d’une lecture, il a immédiatement été imprégné de cette curiosité qu’il a voulu nous transmettre. Seule la première page coûte… Et bientôt, Philippe Meyrignac raconte avec passion la vie de ce savant du XVIIIe siècle et lui invente, s’il était besoin, un supplément d’âme. Il se raconte lui-même et en s’inspirant de ses proches, horlogers, ingénieurs, chercheurs, et se plaît à recréer la personnalité de cet académicien méconnu, pour nous entraîner avec lui autour du monde, dans l’aventure des voyages. Explorons la mémoire de ce premier Français qui descendit l’Amazone. Qu’il soit, désormais, Le Papillon Vert.

Source : Editeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Griboulette 03/04/2016 12:16

wouaw il a l'air vraiment géniale !! et puis super critique ♥

Olivia 03/04/2016 15:46

Big bisous