Le Dos de Ma Lumière - tome 1

Publié le par Olivia

Le Dos de Ma Lumière - tome 1
Auteure : Colinette Haller
Editeur : Chiado Editeur
Date de publication : février 2016
Nombre de pages : 384
ISBN : 978-989-51-5173-8
Collection : Bios
Genre : Biographie

 

Synopsis :

A l'heure noire où la belle Méditerranée se tâche du rouge des clandestins d'Afrique & d'ailleurs, et  que, parallèlement, l'Accaparement des terres dévaste sauvagement notre planète, il devient vital de se rappeler pour quelle Indépendance les Militant/es se sont battus ? Libérer les peuples du statut révoltant d' " indigène", pour redevenir un habitant de son pays, avoir une carte d'identité, et reconstruire une nation multiraciale ... telle était la promesse contenue dans le drapeau d'une Angola libre, ce 11 novembre 1975 ! 

Une femme dont la Foi  était en or raconte sa jeunesse coloniale dans les années 20. Un pan de l'Histoire du peuple angolais leur est  restituée en guise de réparation."Maria d'Angola" comme la baptisèrent ses Camarades de lutte, grâce à son passeport suisse par mariage, Maria Haller est allée là où le futur Président Agostinho Neto n'avait pas obtenu de visa d'entrée. Et, en 1978, pour la rectitude de son engagement et pour ses qualités d'oratrice charismatique, il lui a rendu hommage en la nommant la première femme ambassadeur de la République Populaire de l'Angola en Suède.

Qu'avons-nous en commun ? Nous sommes tous sortis du ventre de notre mère ... mais qui se souvient de son dos ? Maria de Jesus est le fruit d'une mère noire, fière de sa culture, et d'un père portugais agriculteur. Déjà enfant, son cœur bondissait à chaque Injustice, et l'écho désarmant de son rire en cascade emporte sur son passage tous les thèmes brûlants de notre actualité ... Suivez-la dans son combat vers la Lumière, son message vert est inscrit dans une trilogie, une sorte de vision en 3 D, qui nous parle de notre Humanité ... à chérir ! 

 

Mon Avis : 

L'auteure Colinette Haller raconte les petits et grands détails de la jeunesse de Maria de Jesus, née en 1923 à Gabela qui deviendra plus tard Maria d'Angola. A cette époque l'Angola est colonisée par les portugais. 

Le récit est très intime et proche du lecteur. J'aime la sincérité de l'auteure. On pourrait penser que le récit traîne en longueur, que certains passages sont inutiles mais l'auteure n'omet aucun détail, c'est complet. Même si je n'ai pas été transportée, le roman est intéressant. La plume de l'auteure peut se révéler parfois poétique.

J'ai particulièrement aimé l'époque où Maria était mère-célibataire et où elle s'est battue pour sa propre indépendance. D'ailleurs, mon chapitre préféré est "Ma fille, ma bataille !", elle ne s'est pas laissée facilement influencer par le père de sa fille, en général, elle était très courageuse. 

J'ai très apprécié la citation de Lobo Antunes tirée de "Mémoires d'éléphant" et d'Henning Mankell tirée de "Comédia infantil", de Mahatma Gandhi tirée de "Préceptes de la vie de Mahatma Gandhi" d' Henri Stern et d'Aimé Césaire tirée de sa Conversation avec Patrice Louis, écrites chacune sur une page. De plus, la signification du titre est magnifique.

Le tome 1 raconte essentiellement son enfance et à la fin du dernier chapitre elle est âgée d'environ une trentaine d'année et dans le tome 2, elle racontera ses belles années de femme. J'attends la suite avec impatience où Maria va se battre pour l'indépendance de son Pays et la défense des droits des personnes de couleur.

 

Mon dernier mot sera ces citations : 

" Penser à l'Afrique, c'est retrouver le dos de ma mère, le contact de nos deux corps, et la force de notre lien qui ne m'a jamais quittée. A sa façon de marcher, je devinais si elle avait un problème. Et quand son coeur se gonflait de joie, je savais que l'on allait dans le village de sa famille. Après notre séparation, combien de nuits ai-je pleuré dans l'espoir que ma mère vienne me chercher ? Rien, ni personne, n'a pu te remplacer, toi, ma lumière..."

"- Tu es née dans un berceau d'or ! devait me dire un jour mon Père."

"- ... Enfant noire de l'Angola, tu es restée ! Femme Arc-en-ciel de l'Univers, tu deviendras !"

 

Quelques mots sur l'auteure :

Composées à 4 mains, ces Mémoires étaient tout d'abord des Confidences Mère/fille ... Puis, le temps presse, et la crainte de Colinette que l'oubli ne tombe sur Maria d'Angola ! celle qui deviendra la première femme ambassadeur de la République Populaire de l'Angola en Suède. Le Président Agostinho Neto l'a nommée en 1978, pour son dévouement infatigable à lutter contre le racisme et pour instruire le peuple angolais vers son Indépendance, proclamée le 11 novembre 1975. 

« Le dos de ma Lumière » est le tome I d'une trilogie, c'est la partie de la jeunesse de Maria de Jesus, qui est née, en 1923, à Gabela. Fait rare, son père, un agriculteur portugais l'a reconnue à sa naissance et a voulu en faire une « fille civilisée ». Prix à payer, il l'a arrachée à sa mère aux pieds nus pour lui faire faire des études au Portugal. Maria revint en belle jeune fille dans son village natale, où elle se révélera une institutrice engagée envers ses élèves, victimes des aberrations de l'administration coloniale. Grâce à cette riche expérience humaine, Maria s'est frottée aux réalités de la condition de la femme angolaise, un enseignement universel qui a tissé les fondations de la future militante, aussi une femme artiste qui marche et écrit vers sa Lumière ...

Source : Chiado Editeur

Commenter cet article

Griboulette 03/04/2016 19:29

super critique comme d'hab

Olivia 03/04/2016 19:37

C'est super gentil, merci beaucoup, gros bisous