Les indociles

Publié le par Olivia

Les indociles
Auteure : Murielle Magellan
Editeur : Editions Julliard 
Date de parution : 7 janvier 2016
Nombre de pages : 234
ISBN : 978-2-260-02411-8
Genre : Fiction 

Quatrième de couverture :

"Ce n'est pas une romance, pense Olympe. On ne voit rien d'elle que ses mains, et pourtant on a la sensation de son emprise sur lui. Pas de l'amour ; du pouvoir. Olympe scrute. Sonde. Dans sa chambre ronde, assise en tailleur sur son lit, l'ordinateur entre ses cuisses, Jean-Sébastien Bach dans le casque, elle agrandit l'image. Une main, un dos. C'est le sujet du peintre. À l'arrière-plan, c'est de l'aquarelle noire. Elle aime cette main de femme. Elle aime ce dos rose d'homme. Musclé mais rose bonbon. Elle voudrait être avec eux. Dans le tableau. Surtout dans ce qu'on ne voit pas du tableau. "
Les Indociles dressent le portrait plus vrai que nature d'un don Juan au féminin, créature irrésistible et vénéneuse, toute en contradictions. D'une grande finesse, ce roman, qui n'est pas sans rappeler Les Liaisons dangereuses, nous livre une belle réflexion sur l'amour et sur la création artistique.

Mon Avis :

Je tiens à remercier Adeline ainsi que les Editions Julliard pour ce service de presse.
Le personnage principal se nomme Olympe Delbord, cette femme est attirée par ce qui mystérieux, elle fantasme beaucoup et quand le mystère est levé, ce qu'elle admirait lui paraît insignifiant, c'est comme si une fois consommé, son plat était digéré, l'attirance a disparu.
Olympe est bisexuelle et use de ses charmes pour conquérir ses proies, elle vit en femme libre, elle bouleverse le destin des autres dès qu'elle les croise. Elle se livre aux plaisirs charnels, avec une liberté qui surpasse les limites de la morale conventionnelle. Elle ne veut pas être dépendante de qui que ce soit.
Elle cède à toutes ses envies de partenaires sexuels, c'est une grande séductrice, elle sait ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas, elle joue en exploitant l'instant présent sans contrainte ni soucis de ce que les autres peuvent penser, elle n'a de compte à rendre à personne. Elle profite du bon temps. C'est une grande libertine, libérée de tout et de tous. Ce roman contient d'ailleurs des scènes sexuelles explicites. 
Imaginez les chemins de la vie de chacune de ses conquêtes rassemblés sur une toile où Olympe y appose un trait de peinture produisant ainsi des turbulences dans leur vie. Chaque nouvelle conquête est un coup de pinceau de couleur différente à rajouter sur la toile de ses fantasmes où Olympe est la couleur de fond de la toile. Elle brise le train train quotidien en prenant ce qu'elle veut aussitôt qu'elle en éprouve le désir. Elle m'a fait penser à une collectionneuse d'aventures. 
 
Donc, Olympe est une femme qui symbolise le bon et le mauvais sur la toile de sa vie où se trouvent chacune de ses conquêtes et la rotation qu'elle a fait naître dans leur destinée. Elle n'a que faire des règles et moeurs sociales. Elle est en même temps épicurienne et impudente mais aussi égoïste et dévastatrice.
Ce n'est pas vraiment un coup de coeur mais l'histoire est très bien menée et les caractères des personnages bien décrits. L'écriture de l'auteure Murielle Magellan est homogène et ce que j'ai apprécié dans ce roman c'est qu'il est question d'art, de peinture et de galerie.
Ce roman soulève cette question, à savoir si être libertine de moeurs pour assouvir ses moindres désirs sexuels rend-il vraiment heureux ?
                                                                                               
Je choisis ces deux citations comme dernier mot :

"Un jour, elle leur a parlé de géométrie, et il a eu la sensation physique de la découverte. Un monde conceptuel auquel il n'avait jamais eu accès s'ouvrait à lui. Il ne comprenait pas tout mais ce continent ignoré se révélait peu à peu : un ballon n'était plus un ballon mais une sphère. Une galette bretonne n'était plus un biscuit mais un disque. Cylindre. Cube. Polygone. "Olympe, tu es cette vieille dame pisse-vinaigre. Tu es ma géométrie."

"Elle peut aimer, oui, profondément, une heure durant, un jour durant, une semaine tout au plus. Elle se sent traversée par cette vibration prophétique, par cette promesse, mais contrairement aux oeuvres, qui la bouleversent durablement, l'amour ne s'enracine pas en elle. Il s'évapore."

Un petit mot sur l'auteure :

Murielle Magellan est romancière, dramaturge et scénariste. Sa première oeuvre s'intitule Pierre et Papillon (2004), puis Le lendemain, Gabrielle (2007), Un refrain sur les murs (2011),  Le bruit des Autres (2012), N'oublie pas les oiseaux (2014) et bien sûr Les indociles (2016).

 

Les indociles
Les indociles
Les indociles
Les indociles
Les indociles

Publié dans SERVICES DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Griboulette 13/02/2016 20:31

ta critique est juste géniale

Olivia 13/02/2016 20:34

Merci beaucoup, ça me fait plaisir, tes compliments me vont droit au cœur, gros bisous <3